Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 28 mai 201860 ANS DU CLITRAVI : PESTE PORCINE,ORIGINE ET BIEN-ÊTRE ANIMAL AU MENU

Accueil » Actualités » 60 ANS DU CLITRAVI : PESTE PORCINE,ORIGINE ET BIEN-ÊTRE ANIMAL AU MENU

 

Le Commissaire Européen à la Santé et Sécurité Alimentaire Vytenis Andriuskartis était l’invité d’honneur de la 60ème Assemblée Générale de l’Association Européenne des Industriels de la Charcuteries (CLITRAVI) qui s’est tenue la semaine dernière à Dubrovnik en Croatie. Au cours de son intervention, le Commissaire a donné l’éclairage de la Commission européenne sur les dossiers d’actualité ainsi que sur les sujets concernant le secteur d’activités des viandes et charcuteries :

– sur la Peste Porcine Africaine et sa progression en Europe avec un nouveau cas déclaré cette semaine en Hongrie, le Commissaire a fait état des initiatives des différents Etats Membres et de la mobilisation de la Commission pour tenter de maitriser l’épizootie et pour informer les professionnels comme les populations des attitudes à adopter. En dépit de cela, l’extension du virus vers les pays de l’Ouest de l’Union semble inexorable. Les membres du CLITRAVI ont interpellé le Commissaire Européen à la fois sur la possibilité d’établir un distinguo sur la situation sanitaire entre les porcs charcutiers et la faune sauvage d’une part, et, d’autre part, sur la nécessite d’introduire une clause de régionalisation dans les échanges avec les pays tiers. Le Commissaire a indiqué que ces deux points devaient faire l’objet d’une modification des certificats sanitaires d’exportation et que les discussions déjà engagées avec la Chine sur ces dossiers s’avéraient extrêmement difficiles ;

– sur le bien-être animal, en particulier les demandes des consommateurs et de la société civile, le Commissaire a incité les professionnels à répondre et à communiquer. Il a pris pour exemple les initiatives allemandes, danoises et espagnoles sur un étiquetage des viandes en fonction du niveau de bien-être des animaux en élevage. Il a indiqué que la Commission avait mis en place des groupes de travail sur la castration des porcs et sur les pratiques en élevages comme la caudectomie ;

– sur l’étiquetage de l’origine des viandes utilisées en tant qu’ingrédient, dossier suivi de près par les industriels français et européens de la Charcuterie, le Commissaire a rappelé que deux pays étaient à ce jour engagés dans une expérimentation nationale, la France et l’Italie. Le rapport de la France sur cette expérimentation sera remis à la Commission avant la fin de cette année. Il permettra d’évaluer les avancées de cet étiquetage sur l’origine à la fois pour les consommateurs, les industriels, la filière, ainsi que les autres pays de l’Union. Ce rapport permettra à la Commission de se prononcer sur la poursuite du dispositif, voire son extension aux autres pays de l’Union. Pour sa part, le Commissaire s’est déclaré favorable à une indication volontaire de l’origine. La France devra donc maintenir sa pression à Bruxelles pour pérenniser ce système qui répond à une revendication forte des consommateurs. Culture Viande sera particulièrement vigilant concernant l’élaboration de ce rapport très attendu.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°21 du 25/05/2018

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !