Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 26 juillet 2019AFFAIRE DES FAUX STEAKS HACHÉS : « RENFORCER LES APPELS D’OFFRES » (Sénat)

Accueil » Actualités » AFFAIRE DES FAUX STEAKS HACHÉS : « RENFORCER LES APPELS D’OFFRES » (Sénat)

Par voie de communiqué de presse, la Commission des Affaires Économiques du Sénat a annoncé avoir adopté ce mercredi 24 juillet 2019, un rapport sur l’affaire de la distribution aux associations caritatives de « faux steaks hachés contenant des estomacs, des amygdales, du cartilage et des cœurs de bœuf, du soja, de l’amidon, ainsi que des morceaux de viandes déjà transformées réutilisés pour l’occasion, notamment du poulet ».

Sans préjuger le fond de l’affaire, à savoir une éventuelle qualification de tromperie, le rapport constate que les administrations compétentes avaient les moyens de limiter les effets de la crise, voire de l’éviter. Les dysfonctionnements ont porté à la fois sur les appels d’offres initiaux, qui n’assurent pas la traçabilité des matières premières, et sur les contrôles effectués par les services de l’État. Malgré des alertes à répétition portant sur l’industriel polonais produisant les steaks hachés depuis des années, notamment en 2015 au sujet de la présence de salmonelles, le dernier contrôle sur place par l’administration date par exemple de 2013, alors que les services sont censés contrôler chaque industriel au moins une année sur deux.

Pour éviter qu’une telle situation ne se reproduise, la commission des affaires économiques propose 18 recommandations opérationnelles en quatre axes :

– renforcer les appels d’offres, afin qu’ils ne favorisent plus une course au moins disant tarifaire au détriment de la qualité des denrées, en exigeant davantage de critères pour les attributaires et en favorisant un approvisionnement plus local ;

– recentrer les moyens de contrôles vers les analyses sur les produits ;

– mettre en place une procédure d’alerte pilotée par l’administration en cas de crise, seule à même d’interrompre rapidement la distribution des produits sur l’ensemble du territoire ;

– octroyer des aides en urgence aux associations qui, pour lutter contre les effets de cette affaire dont elles sont pourtant les principales victimes, supportent un coût potentiel d’un million d’euros.

 

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°29 du 19/07/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !