Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 15 juillet 2020« La crise viendra du profil épidémiologique catastrophique des USA  » (Nicolas Bouzou, AG ABEA)

Accueil » Actualités » « La crise viendra du profil épidémiologique catastrophique des USA  » (Nicolas Bouzou, AG ABEA)

« Les temps à venir s’annoncent difficiles*. Après la crise sanitaire, s’annonce une crise économique sans précédent. Si le profil épidémiologique de la France est bon, celui des États-Unis -1ère puissance économique mondiale- est catastrophique. Nous sommes entrés dans une période différente qui nous a déjà beaucoup appris :


– du point de vue organisation et management des entreprises, la crise a débloqué une situation : il est désormais démontré que le télétravail est possible, y compris dans des cas où nous pensions que cela n’était pas possible ; malgré la distanciation physique, nous avons tenus des réunions courtes et efficaces tous les matins. A tous les échelons, tous les collaborateurs se sont mis à fonctionner en mode solution ;

– du point de vue de la relation avec l’administration, nous avons découvert que nous avions besoin des Préfets. C’est avec eux que les marchés de plein air ont pu être rouverts (avant l’instruction nationale) ; je prône un peu d’indulgence pour les pouvoirs publics : aux côtés des entreprises, tout le monde a tenu, alors qu’il n’y avait ni process préétabli, ni mode d’emploi de cette crise sanitaire. Hormis la grippe espagnole de 1918, il faut bien admettre que nous étions tous dans une situation sans précédent. »

(*) Propos tenus par Nicolas Bouzou, économiste, lors de l’Assemblée générale de l’ABEA (Association Bretonne des Entreprises Agroalimentaires), le 30 juin dernier à Rennes.

Replay des moments clés : ici.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°28 du 13 juillet 2010

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !