Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 4 mai 2018CONJONCTURE BOVINE : MARCHé LOURD EN JB, CONSOMMATION DéPRIMéE en GMS

Accueil » Actualités » CONJONCTURE BOVINE : MARCHé LOURD EN JB, CONSOMMATION DéPRIMéE en GMS

L’institut de l’élevage a publié sa lettre de conjoncture économique pour le mois d’avril. Sur les différents marchés européens, les cotations des jeunes bovins (JB) sont orientées à la baisse depuis plusieurs semaines. Début avril, les cotations des jeunes bovins affichaient un niveau stable par rapport à 2017 : – JB U à 4,03 €/kg, soit +2% /2017 et +4% /2016 ; – JB O à 3,44 €/kg, soit +5% /2017 et +4% /2016. Les baisses se sont poursuivies durant avril faisant passer les cours en deçà de ceux des années précédentes. La note de conjoncture pointe notamment la lourdeur du marché des JB en Italie. Ces difficultés sur l’un des principaux marchés pour les JB français seraient, d’une part, liées à une offre est abondante sur le marché italien, et d’autre part, aux négociations difficiles avec la grande distribution, principal débouché pour ces animaux en Italie. A noter aussi le dynamisme de la production polonaise. Sur les 2 premiers mois de l’année, les abattages cumulés de mâles non castrés en Pologne ont augmenté de +11% /2017 (+14% /2016) et ceux de génisses de +6% /2017 (+12% /2016). Il ne fait pas de doute que ce dynamisme se traduit par une agressivité à l’export et des gains de part de marché au détriment de la production française.

Concernant la consommation, la note de l’institut fait apparaitre une divergence dans les tendances. Alors que pour les 3 premières périodes de l’année le panel Kantar indique des achats de viande bovine en baisse en volume, l’approche par bilan indiquerait une légère hausse.  Mauvais signe pour la filière, cette divergence proviendrait d’un rebond des importations de viande bovine sur les deux premiers mois de l’année. Elles auraient augmenté de +11% /2016, à 55 400 téc d’après les douanes françaises. Cette hausse est principalement due à des importations de viande congelée (un tiers des importations totales), surtout en provenance des Pays-Bas (+46% /2017 à 2 300 téc), d’Allemagne (+124% /2017 à 6 100 téc) et de Pologne (+49%, à 3 900 téc). Parmi les autres explications non évoquées dans la lettre de l’Institut, il est probable que si les ventes sont en baisse en GMS, elles sont dynamiques dans d’autres secteurs, notamment en RHD (voir article consommation suivant).

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de CULTURE VIANDE n°18 du 4/05/2018

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr- Tél.: 01 53 02 40 34

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !