Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 19 avril 2019CONJONCTURE BOVINE : TOUS LES VOYANTS SONT AU ROUGE

Accueil » Actualités » CONJONCTURE BOVINE : TOUS LES VOYANTS SONT AU ROUGE

Toutes les publications de conjoncture diffusées sur le début de l’année 2019 mettent en avant les grosses difficultés de la filière bovine : d’une part la consommation des ménages recule fortement ; d’autre part, les importations de viande sont toujours orientées à la hausse, dans la lignée de la tendance constatée en 2018.  En conséquence, les abattages sont en net recul, subissant qui plus est à la fois les difficultés liées aux débouchés, ainsi que les faibles disponibilités consécutives à la décapitalisation des cheptels bovins en 2018.

Concernant la consommation, la livraison du baromètre des achats des ménages réalisé par Kantar pour le mois de février 2019 (cf tableau ci-dessous) indique une baisse de -4.5% en volume. La baisse est particulièrement forte pour la viande bovine en recul de -7.5% sur la période. Si l’on peut chercher une explication du côté de la moindre intensité promotionnelle qui se traduit par une augmentation du prix de vente moyen et par une baisse de consommation importante dans le circuit hypermarchés (-9.3% pour la viande bovine en volume), cela doit nous interroger sur la manière dont le produit est mis en avant : ne peut-on vendre de la viande qu’en promotion ?

Concernant les importations, le début de l’année 2019 poursuit la tendance à l’augmentation. L’année 2018 avait vu les importations augmenter de +2% pour représenter 302 000 tec, le mois de janvier garde malheureusement le même rythme avec une augmentation de +2% également. Si l’on peut se réjouir de l’augmentation concomitante des exportations (+11% en janvier 2019), les quantités en jeu sont bien moindres et le déficit commercial déjà négatif continue de se creuser. Cette tendance confirme la nécessité de reconquérir les segments du marché français, naturellement très ouverts aux produits d’importations et notamment la restauration hors domicile.

Enfin, les abattages sont en fort recul sur le premier trimestre 2019. Ils ont reculé de -8% pour le seul mois de mars et depuis le début de l’année le recul est de -4% en têtes (-5% en tonnage), soit 36 000 têtes abattues en moins sur 3 mois.

Si la filière viande bovine est en difficulté, il convient aussi de tirer la sonnette d’alarme concernant la viande de veau. La baisse de consommation est encore plus dramatique avec -15.9% sur le mois de février. Le chiffre d’affaires est donc en forte chute, avec une baisse de -13.4% sur la période et de -10.6% depuis le début de l’année. Pour cette filière aussi, les abattages sont en recul avec une baisse de -2.74% depuis le début de l’année, soit 9 000 têtes de moins.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°16 du 19/04/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

 

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !