Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 5 février 2019CONSO : ACHAT DES MÉNAGES EN BAISSE, HORS DOMICILE & PLATS PRÉPARÉS EN HAUSSE

Accueil » Actualités » CONSO : ACHAT DES MÉNAGES EN BAISSE, HORS DOMICILE & PLATS PRÉPARÉS EN HAUSSE

Selon le panel KANTAR, qui mesure l’évolution des volumes de viande de boucherie achetés par les ménages, la dernière période de l’année 2018 (P13) est une nouvelle fois orientée à la baisse (-3,6%). Le bilan de l’année 2018 met en exergue la forte baisse des achats de viandes brutes (-5.2% pour l’ensemble des viandes de boucherie et 5.5% pour la viande bovine), tandis que les achats de produits élaborés résistent mieux (-0.9% sur l’ensemble de l’année).

A noter que la baisse des achats des ménages pour leur consommation à domicile telle que mesurée par Kantar s’inscrit dans une évolution générale significative des modes de consommation : les achats globaux de Produits Frais Traditionnels (PFT), dont la viande fait partie, sont annoncés à -3,1% en volume et les achats de Produits de Grande Consommation et Produits Frais Libre-Service (PGC-PFLS) à -0,8%. L’année 2018 aura également été marquée par une divergence très forte entre les achats des ménages et la consommation calculée par bilan. Le cumul 2018 des achats des ménages selon le panel Kantar pour la viande bovine indique une baisse de -3.2% des volumes.

D’un autre côté, les données de consommation par bilan (nombre d’abattages auxquels on ajoute l’import et soustrait l’export) aboutissent à une évolution des volumes sur l’année en hausse (+2%) pour le boeuf selon IDELE. L’interprétation généralement adoptée mise sur la croissance des consommations hors domicile, ainsi que celle des viandes ingrédients des plats préparés, dont on sait qu’elles progressent, sans pouvoir le mesurer précisément. France AgriMer travaille actuellement à la mise en place d’un baromètre RHD dont les résultats seront disponibles fin 2019.

Pour Culture Viande, ces éléments aboutissent à une conclusion claire : les Français ne consomment pas moins de viande, mais ils la consomment de manière radicalement différente. Ce ne sont plus les mêmes produits qu’ils achètent, ni les mêmes lieux où ils les consomment. Cette mutation doit induire une réflexion économique : tout d’abord il est urgent que la viande française trouve une vraie place dans la restauration hors domicile ; ensuite, il est indispensable que les produits élaborés et la viande « ingrédient » soient valorisés à leur juste valeur.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°5 du 1er/02/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

 

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !