Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 27 mai 2019CULTURE CELLULAIRE :  LA COMPÉTITION PLANÉTAIRE EST LANCÉE

Accueil » Actualités » CULTURE CELLULAIRE :  LA COMPÉTITION PLANÉTAIRE EST LANCÉE

Le colloque « Viande cultivée : une révolution à venir dans nos assiettes » organisé par Altruisme Efficace France1 rassemblait une assistance quelque peu désorientée. Comment se positionner à charge contre l’élevage, sans être contre la viande ?

C’est pourtant possible. Didier Toubia biologiste franco-israëlien et ingénieur alimentaire de formation, co-fondateur et PDG d’Aleph Farms-Meat Growers, start-up pionnière en matière de viande cultivée est venu témoigner sur ses travaux en cours2 : « Si la majorité des tomates cultivées le sont en hors sol, pourquoi pas développer de la viande « hors vache » ? Le rôle des agriculteurs est de nourrir le monde. Nous travaillons sur la même problématique : la viande cultivée sera une des solutions. ».

La technique utilise la prolifération de lignées de cellules souches, découlant des travaux de Russel Ross, Professeur en pathologie à l’Université de Washington en 1971 : selon le milieu nutritif (nutriments, facteurs de croissance, …), il est possible d’obtenir une différenciation en cellule musculaire. Les techniques de prolifération en milieu de culture (Oron Catts et Ionat Zurr, 2003, in Tissue Culture and art Project – Harvard Medical School) avaient permis à Mark Post (2013, Université de Maastricht) de réaliser le 1er burger obtenu par culture cellulaire, …pour un coût de 250 000€ (Photo ci-contre).

L’emballement est tel, qu’une multitude de start-up dans le monde se sont emparées du sujet. Et ça va très vite : le coût de production du même burger a été ramené fin 2018 à 9€. « Fort de cette maîtrise d’une viande cultivée reproduite de manière contrôlée par phénomène naturel de régénération tissulaire », Didier Toubia prévoit de mettre son produit sur le marché dès 2024… en concurrence directe avec d’autres acteurs de la culture cellulaire animale, comme Memphis Meats, (Gr Tyson), MosaMeat, Meatable, sans compter ceux qui développent un produit similaire en partant de lignées et de filières végétales, comme Beyond Meats (qui livre ses burgers en France), Impossible Foods, GardeIn, etc.

Pour Culture Viande, la prolifération cellulaire débouchera sur l’obtention d’une masse dont la consistance, le goût et la flaveur ne sont en rien comparables à la viande « naturelle ».

Les partisans de la substitution de la viande par synthèse fourbissent une grande part de leur argumentation sur la naturalité et le respect de l’environnement. Comment pourront-ils considérer qu’un produit issu de culture cellulaire en laboratoire est plus naturelle et respectueux de l’environnement qu’une viande issue d’un animal qui a brouté une prairie ou consommé des céréales ?

Au-delà de cette course de la Food Fiction, le phénomène start up x food tech emportant un tel succès d’estime auprès des opinions et des médias, il reste à la filière viande à ouvrir son champs R&D aux nouvelles initiatives émergentes, au bénéfice des nouvelles façons de consommer la viande (commandes géolocalisées, livraisons, préparations, nouvelles recettes, innovations et autres services personnalisés) …toutes tournées comme un seul homme, vers la satisfaction des consommateurs.

(1) ONG âgée de 3 ans, qui vise à « Mieux aider les autres », née du courant philosophique Altruisme efficace et lancée à La Sorbonne avec Peter Singer et Mathieu Ricard. (2) Art. LeParisien de décembre 2018. Carte : ProVeg International.

Voir aussi le reportage JT France2 du 28/05/2019

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°21 du 25/05/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !