Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 12 avril 2019DÉSÉQUILIBRES ALIMENTAIRES : LA VIANDE LARGEMENT MOINS EN CAUSE QUE LES AUTRES ALIMENTS

Accueil » Actualités » DÉSÉQUILIBRES ALIMENTAIRES : LA VIANDE LARGEMENT MOINS EN CAUSE QUE LES AUTRES ALIMENTS

Ce mercredi 3 avril 2019, l’Institut Health Metrics and Evaluation (IHME, seattle) a publié dans la revue The Lancet les résultats d’une étude réunissant 130 chercheurs réunis au sein du Global Burden of Disease (GBD) financé par Bill Gates, qui traite des maladies chroniques au niveau mondial.

Les données de 195 pays ont été analysées et classées au regard de l’impact de 15 composants alimentaires (dont la viande et les charcuteries) sur la survenue de maladies et de décès. Si les seuils donnés aux facteurs de risques apparaissent sévères pour nos secteurs d’activité (22,5g/j pour la viande de boucherie et 2g/ j pour les viandes transformées), en revanche, le résultat de l’étude est très intéressant. En effet, selon les chercheurs, si un décès sur 5 dans le monde est lié à une alimentation déséquilibrée, parmi les 15 facteurs étudiés, les régimes « riche en viande rouge » et « riche en viande transformées » apparaissent tous les 2 parmi les moins impactant des régimes alimentaires déséquilibrés.

Les 3 facteurs qui sont liés au plus grand nombre de décès sont la faiblesse de la consommation de fruits, de céréales complètes et l’excès de sel.

Autre découverte, parmi les 185 pays étudiés dans cette base, la France est le pays dont la mortalité attribuée à l’alimentation est la plus faible après Israël. Même s’il est légitime de sensibiliser les Français sur la nécessité d’avoir une alimentation équilibrée, il convient aussi d’exprimer les vertus constatées du modèle alimentaire français qui ressortent de cette étude. De même si l’alimentation trop salée est responsable d’un tiers des décès, est-il raisonnable de traiter de la même manière les 0,22% de décès attribuables à la viande ? Assurément non !

Pour Culture Viande, il est temps de mettre fin aux amalgames qui incitent à la réduction de la consommation de la viande de tous les Français, pour des raisons de santé. Cette étude le démontre.

Illustration : Le Monde, 5 avril 2019

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°15 du 12/04/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !