Depuis plusieurs mois, le Conseil d’Administration de Culture Viande s’alarme des chiffres de la consommation orientés à la baisse – les viandes fraiches et les charcuteries sont désormais concernées de manière structurelle. Au-delà des sujets spécifiques aux viandes, le modèle de distribution semble lui aussi en cause.

Un article du journal Le Monde daté du 17/10/17, met en exergue la chute d’activité observée en hypermarchés. Face aux nouvelles habitudes de consommation, le modèle français des « très grandes surfaces », né dans les années 1960, doit se réinventer de toute urgence.

Selon les données du cabinet d’études KantarWorldpanel, les hypermarchés, toutes enseignes confondues, ont enregistré une croissance de seulement 0,3 % de leurs chiffres d’affaires au cours des trois dernières années.

Dans le même temps :

  • l’ensemble du marché progressait de 3 %,
  • le format dit « de proximité » de 7 %,
  • et le modèle du drive (où les courses commandées sur Internet sont livrées dans le coffre de la voiture) de 40 %.

Selon Philippe Nobile, directeur chargé de la distribution et du numérique au cabinet de conseil Boston Consulting Group «l’hypermarché est né dans les années 1960, avec un concept de “tout sous le même toit et pas cher”. L’idée était de proposer un choix très large et de développer un marché de masse où les prix sont abordables grâce au volume généré. Mais, aujourd’hui, c’est justement le credo d’acteurs Internet, comme Amazon, qui proposent une offre 10 fois plus importante qu’un magasin, tout en offrant un service de conseil et d’informations sur les produits que n’ont plus les hypermarchés. Le tout en livrant à domicile».

Pour Culture Viande, un tel phénomène appelle une réflexion de fond : au-delà des circuits classiques de distribution, comment inscrire les produits carnés dans les nouveaux modèles en développement ?

On notera à ce sujet le travail mené par le magazine Capital, qui a projeté les nouvelles tendances de consommation pour imaginer ce que seront les hypermarchés du futur. Il en déduit que les Français sont adeptes des produits frais, sains et locaux et préfèrent la qualité à la quantité.

Les hypermarchés présenteront :

  • un rayon fruits et légumes haut de gamme, avec une mise en scène digne d’un marché ;
  • les stands boucherie, poissonnerie ou fromagerie seront plus artisanaux et qualitatifs ;
  • la restauration sur place permettra à la fois d’acheter une côte de boeuf au rayon boucherie ainsi que la possibilité de la faire griller sur place. Ce concept est déjà en cours de test chez Casino via des stands burgers et « fish & chips ».

La viande a encore un bel avenir devant elle !

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre hebdomadaire de Culture Viande n°49 du 8/12/2017

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34

Besoin d'information ? Contactez-nous !

N'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr