Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 26 mars 2018« Et si les végans avaient tout faux ? « (LIBERATION)

Accueil » Actualités » « Et si les végans avaient tout faux ? « (LIBERATION)

Il aura fallu que le journal Libération publie une tribune(*) anti-végan (19 mars) sous le titre « Et si les végans avaient tout faux ? » pour que le microcosme de la viande s’enflamme et crie Victoire ! C’est bien mal connaître le monde médiatique, puisque, dès le lendemain, en réaction à cette tribune, la Rédaction du journal publiait tout un Dossier à la Une sous le titre : « Les végans se rebiffent ! ».
Retenons surtout de la première tribune du 19 mars co-signée du politologue Paul Aries, du journaliste de France Inter Frédéric Denhez et de la sociologue Jocelyne Porcher, quelques flèches qui suffisent à comprendre la levée de bouclier des anti-viandes dès le lendemain :

« la propagande végane, version politique et extrémiste de l’abolitionnisme de l’élevage et de la viande » ;

– ou encore : « manger végan, l’absolu des régimes « sans » c’est se condamner à ingurgiter beaucoup de produits transformés, c’est-à-dire des assemblages de molécules pour mimer ce qui a été supprimé. Sans omettre d’ajouter la précieuse vitamine B12 à son alimentation. Car sans elle, comme le montre de nombreux témoignages d’ex-végans, ce régime ultra-sans détruit irrémédiablement la santé, à
commencer par celle de l’esprit ».

Le monde de l’élevage – les organisations professionnelles en-tête – auraient pu néanmoins noter que le caractère pro-viande de cette tribune comportait une limite certaine : « nous sommes convaincus de la nécessité d’en finir au plus vite avec les conditions imposées par les systèmes industriels et d’aller vers une alimentation relocalisée ». Le rappel du signal est clair : cette tribune anti végan est également anti élevage-industriel. Même si l’industrialisation des pratiques est largement moins poussée en France que dans de nombreux pays producteurs, ce signal n’a pu passer inaperçu dans le monde de l’élevage.

Malgré tout, ne boudons pas notre plaisir, habitué aux « Unes » hostiles à la viande, la publication de cette tribune dans « Libé » est peut-être un signal que l’extrémisme génère par définition la méfiance.

Cette tribune montre aussi que certains arguments de la filière finissent par être largement repris.

(*) Tribune à lire ici.

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre hebdomadaire de Culture Viande n° 12, du 23 mars  2018

Contact : François CASSIGNOL – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 0153024034

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !