Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 9 octobre 2018FIÈVRE PORCINE AFRICAINE : CULTURE VIANDE APPELLE À UNE RÉGIONALISATION DU TERRITOIRE

Accueil » Actualités » FIÈVRE PORCINE AFRICAINE : CULTURE VIANDE APPELLE À UNE RÉGIONALISATION DU TERRITOIRE

En quelques jours, en Belgique, le prix du porc a perdu près de 25 centimes, après la déclaration de foyers de Fièvre Porcine Africaine (FPA) sur la faune sauvage à quelques kilomètres de la frontière française. Tous les marchés pays tiers se sont fermés aux viandes belges. Au-delà de la Belgique, c’est le prix du porc européen qui s’enfonce à la baisse et la crainte gagne tous les pays de l’Union. Chacun prend conscience que l’épizootie qui a explosé ces derniers mois en Europe orientale peut aussi l’atteindre. L’ampleur de l’enjeu, tout comme notre responsabilité nationale impliquent que, dès à présent, la France se prépare au pire des scénarios, celui de l’apparition du virus sur notre territoire. Pour cela, il est impératif d’analyser les conséquences immédiates de cette situation :

–  la fermeture de la totalité des marchés à l’exportation vers les pays tiers. Ces marchés représentent un quart de la production nationale. L’incidence sur le niveau de valorisation du prix du porc pourrait être majeure.
–  un fort recul des ventes vers les pays de l’UE et sur notre territoire ; déjà, de très nombreux clients refusent les viandes issues des 4 départements français sous surveillance, alors même qu’ils sont indemnes !
–  une baisse de la consommation …l’administration continue de parler de « Peste porcine » un terme plutôt effrayant pour les consommateurs. Les anti-
viandes ne vont pas se priver de donner à l’événement toute sa résonance.

La profession est pleinement consciente des conséquences désastreuses à long terme de cet événement sur les élevages, les entreprises d’abattage- découpe-préparation des viandes, les industries de la transformation et donc sur toute la filière porcine française. Face à un risque d’une telle violence, Culture Viande alerte le Ministre de l’Agriculture, le Premier Ministre et le Président de la République sur l’urgence d’obtenir au plus vite de la part de nos principaux clients pays tiers (Chine, Japon, Corée, Philippines) :

– une régionalisation de notre territoire pour autoriser les régions françaises qui ne seraient
pas touchées par le virus à pouvoir continuer à exporter ;

– un distingo entre faune sauvage et porcs charcutiers, pour l’évaluation du risque et la définition des conditions sanitaires d’exportation.

Ces mesures sont à prendre au plus haut niveau politique entre chefs d’états et gouvernements, afin de limiter, tant que faire se peut, les conséquences d’une crise qui s’annonce grave. Culture Viande s’est saisi de la tribune que lui donne le déroulement prochain de son Assemblée Générale pour interpeller la filière et les autorités politiques. Des éléments largement relayés par la presse (AFP, AgraPresse, Les Marchés, Ouest France, Web-Agri, Le Télégramme, …ou Paris Match).

 

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre hebdomadaire de Culture Viande n°40 du 5 octobre 2018

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !