Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 10 mai 2019FPA : LE SCENARIO CATASTROPHE DE LA CONTAGION ET SON IMPACT SUR LES COURS DU PORC

Accueil » Actualités » FPA : LE SCENARIO CATASTROPHE DE LA CONTAGION ET SON IMPACT SUR LES COURS DU PORC

En Chine, la Fièvre Porcine Africaine (FPA) continue de s’étendre. Les abattages sanitaires s’intensifient. L’offre nationale s’amenuise. Le cours du porc flambe et approche les 3€/kg. Conséquence : même si les consommateurs chinois s’orientent vers la viande de volaille, la consommation de viande de porc reste élevée et pour y faire face, la Chine a recours à des importations massives. Les approvisionnements en provenance de l’UE ont déjà progressé de près de 20%. Même tendance pour celles en provenance des Etats-Unis et du Brésil. La contagion gagne les pays limitrophes de la région d’Asie du sud-est : au Vietnam (556 foyers), au Cambodge (3 foyers). Taïwan a signalé la détection sur une plage de trois cadavres de porcs arrivés par mer révélés positifs. Dans ce contexte, les cours mondiaux du porc risquent, après une récente accalmie, de repartir à la hausse dès les prochains jours.

En Europe, la Belgique affiche désormais un grand nombre de cas, avec près de 750 sangliers positifs. Le rythme de progression toutefois ralentit. Sur la dernière semaine d’avril, 140 nouveaux cas ont été déclarés en Europe, dont 58 en Pologne, 28 en Hongrie, 25 en Belgique, 21 en Roumanie, 6 en Lituanie, 1 en Lettonie et en Ukraine ; parmi ces déclarations, deux foyers domestiques ont été recensés en Roumanie et en Ukraine.

En France, l’installation de la clôture visant à isoler la zone blanche sud-est s’achève. Les abattages de sangliers continuent, plus de 250 ont été abattus à date. Restent deux zones à risque au Nord (massif des Ardennes) et au Sud-Est (vers la Meurthe-et-Moselle). Les professionnels français continuent leurs démarches et discussions pour concrétiser un accord de régionalisation (ou de zonage), avec la Chine, le Japon, la Corée et les Philippines. Le déplacement du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume au G20 du 10 au 12 mai prochains au Japon devra permettre de faire avancer ces dossiers. Autre cadre de rencontre attendue avec nos partenaires asiatiques : l’assemblée Générale de l’OIE à Paris fin mai. La régionalisation et l’obtention d’accord pour différencier les animaux d’élevage de ceux de la faune sauvage sont indispensables, pour éviter la fermeture du marché chinois aux exportations françaises qui impacterait toute la filière.

Enfin, la totalité des volumes de porc produits ne s’exportant pas vers la Chine, l’envolée du prix en production (cf. diagramme) doit se répercuter à la distribution.

Les entreprises d’abattage-découpe, comme les industries de transformation, sont contraintes de réajuster en permanence leurs tarifs à la hausse, faute de se mettre en grand danger.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°19 du 10/05/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !