Les acheteurs de produits issus de l’agriculture biologique (AB) consacrent en moyenne moins de 10% de leurs dépenses alimentaires à ces produits (cf Tableau ci-contre : Part de l’AB, chiffres 2016). Leurs motivations d’achats sont centrées sur la « santé », « l’environnement » et la « qualité ». Les fruits et légumes (78%), les produits laitiers (71%) et les œufs (65%) figurent en tête des produits bio dans les paniers des consommateurs.

L’IFIP vient de publier un état des lieux sur le sujet concernant les viandes et charcuteries et dresse les perspectives de leur développement sous label AB. Deux constats :

–      les productions et consommations de l’ensemble des viandes et charcuteries issues de l’Agriculture Biologique restent particulière faibles. Si la croissance se confirme chaque année, les chiffres d’affaires restent encore modestes avec 180 Millions pour le porc et charcuteries, 177 M pour la volaille et 282 M pour la viande bovine. Alors que le principal frein pour les consommateurs reste le prix, pour les industriels, il tient essentiellement dans l’équilibre carcasse : pour le porc, en dehors du porc frais et du jambon, les autres parties de l’animal sont difficilement valorisables dans les circuits bio ;

–      les freins à la progression de la production de viande bio en France sont très nombreux : ils résident à la fois dans les contraintes d’élevage, les investissements et les capacités des filières grandes cultures à répondre aux contraintes et besoins liés à l’aliment du bétail. Ainsi, le coût de production estimé pour un porc bio est d’environ 3€/kg carcasse, l’aliment représentant plus de 65% de la charge.

Le Plan porc établi par Inaporc dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation programme une montée en gamme des productions afin de proposer aux consommateurs une nouvelle segmentation du marché des viandes de porc et charcuteries. Le renforcement des démarches valorisantes existantes et le développement des filières sous signes officiels de qualité constituent le centre de cet engagement. L’Objectif : produire 5% de porcs issus de l’Agriculture Biologique à échéance de 5 ans et 10% dans 10 ans. Au-delà du nombre de porcs produits sous signe de qualité, l’objectif vise d’augmenter les volumes de viandes impliquées dans les démarches.

Pour Culture Viande, le développement de l’élevage bio en France doit donc faire l’objet d’une large réflexion de la filière, ainsi que d’une concertation approfondie avec les pouvoirs publics sur les normes françaises, comme sur l’indispensable besoin d’accompagnement financier.

 

Extrait de la L’ACTU, Lettre de Culture Viande n°22 du 1er juin 2018

Contact : fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

Besoin d'information ? Contactez-nous !

N'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr