Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 12 avril 2019LES TENDANCES ALIMENTAIRES DECOULENT DE TRANSFORMATIONS SOCIETALES MAJEURES

Accueil » Actualités » LES TENDANCES ALIMENTAIRES DECOULENT DE TRANSFORMATIONS SOCIETALES MAJEURES

Alors que les réflexions prospectives sur les tendances alimentaires sont légions, rares* sont les travaux portant sur les évolutions sociétales qui permettent d’expliquer ces évolutions alimentaires. Les mutations profondes de la société sur le long terme expliquent pourtant les changements des conduites alimentaires assez largement. En saisir l’origine, l’ampleur et le sens est essentiel pour tout acteur de l’alimentation et de la viande.

Le Centre d’Etudes et de Prospective (CEP)** identifie ainsi dans sa dernière publication «Transformations sociétales et grandes tendances alimentaires » six grands moteurs sociétaux et leur influence sur les transformations du système alimentaire :

1/ l’individualisation croissante des rapports humains ;

2/ la segmentation communautaire et réticulaire du système social ;

3/ les nouveaux rapports au temps et l’accélération des rythmes de vie ;

4/ la féminisation de la société ;

5/ la sensibilité grandissante aux questions de santé et de bien-être ;

6/ l’affirmation de nouvelles représentations de la nature.

En six chapitres, le CEP analyse ces tendances et fournit des fiches-moteurs sur les grands phénomènes structurants, ainsi que des compléments bibliographiques.

Pour donner un exemple, citons la tendance croissante de nos sociétés à valoriser l’individu : la taille des ménages se réduit invariablement depuis les années 1960, passant de 3,1 personnes par ménage à 2,2 en 2013. Les logements occupés par 1 ou 2 personnes sont en constante augmentation, tandis que ceux occupés par 3 personnes ou plus connaissent une baisse continue (illustration 1). L’individualisation de la consommation s’inscrit dans cette transformation de la société pour constituer un véritable moteur qui oriente les conduites alimentaires. Ainsi :

– l’alimentation est elle-même devenue un facteur de différenciation individuelle : le mangeur contemporain ne consomme pas seulement ce qu’il pense bon au goût et pour sa santé, il achète aussi ce qui lui permettra de se faire valoir et de se distinguer en tant que personne autonome libre de ses choix ;

– par ailleurs, ce mangeur contemporain recherche une alimentation adaptée à ses besoins, sa physiologie, ses aspirations, ses relations sociales, ses activités, son mode de vie, son emploi du temps, ses valeurs et attentes ; il s’impose certaines contraintes exprimant son individualité et privilégie de nouvelles formes de prises alimentaires : manger seul ou « seul ensemble » (Ascher, 2005), moindre recherche de sociabilité et de commensalité, grignotages en nomadisant… ;

– l’alimentation est devenue le support d’une Consomm’action : la responsabilisation croissante a fait émerger une consommation devenue engagée et militante, en faveur de causes et de valeurs, au bénéfice de la société (environnement, économie, inégalités, etc…) et des générations futures (développement durable).

À identifier également : « en gagnant en liberté, le mangeur perd en certitude ». En voulant exprimer son individualité culinaire, il joint son moi numérique à celui de la multitude des autres internautes (Colin et Verdier, 2012) et, s’il en tire des informations rassurantes, il y trouve aussi des sources de nouveaux doutes et de culpabilisation.

Pour Culture Viande, ces éléments viennent conforter les travaux conduits à l’échelle de la filière bovine française avec Interbev sur la forte évolution des modes de vie des Français à prendre en compte pour toute analyse sur les sujets de la consommation.

(**) Centre d’études et de prospective, service du Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation – Document de travail n°13 consacré au thème : « Transformations sociétales et grandes tendances alimentaires », 43 pages.

 

(*) Citons néanmoins ici les travaux et études conduites à l’échelle de la filière bovine française (Interbev) :

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdo de Culture Viande n°15 du 12/04/19

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 04

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !