Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 12 novembre 2018NON, l’élevage, n’émet pas plus de gaz à effet de serre que les transports (FAO)

Accueil » Actualités » NON, l’élevage, n’émet pas plus de gaz à effet de serre que les transports (FAO)

La FAO vient de confirmer qu’il est faux de dire que l’élevage émet 14,5% de l’ensemble des gaz à effet de serre (GES) rejetés dans l’atmosphère, soit plus que les transports estimés contribuer à 14% du total.

Ce 28 octobre, Interbev* relayait une publication  de The Thomson Reuters Foundation de Anne Mottet et Henning Steinfeld, experts du secteur de l’élevage à la FAO, qui donnent les clés d’interprétation de ces chiffres et permettent de tordre le coup à cette idée reçue. Notons que Henning Steinfeld est le rédacteur du rapport de la FAO de 2006 qui stigmatisait l’ombre portée par l’élevage.  Les deux experts démontrent que ces deux chiffres ne sont pas comparables, car chacun basés sur un référentiel différent :

–        le chiffre de 14% du secteur des transports provient de la comptabilité du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui ne mesure que les émissions directes des secteurs. Selon ce référentiel, l’élevage mondial ne représente plus que 5 % des émissions totales, soit bien moins que les 14% du transport ;

–        le chiffre de 14,5% relatif à l’élevage, provient du calcul de la FAO qui a fait l’exercice d’ajouter aux émissions directes, les émissions indirectes de GES (liées à la production de l’aliment et au transport des produits finis par exemple). Le périmètre d’action de la FAO étant le secteur alimentaire, elle n’avait pas la légitimité d’étendre l’exercice aux autres secteurs, si bien que nous ne savons pas quelle est la part de responsabilité du secteur du transport en intégrant ses émissions indirectes.

L’article montre également que le secteur de l’élevage s’améliore contrairement à celui des transports…. Des éléments à faire valoir, pour contrer les idées reçues, à la lumière d’un article paru ce mardi  dans le journal Libération se fondant sur l’idée fausse pour proposer une nouvelle fois de taxer la viande plutôt que la voiture.

Pour Culture Viande, ces éléments sont à diffuser à grande échelle pour rétablir la réalité de l’impact de l’élevage en matière d’émission de GES.

 

(*) Voir l’article de synthèse publié sur le site internet d’interbev.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°45 du 9 novembre 2018

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !