La Direction générale de l’Alimentation (DGAL), Direction du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, présentait en ce début d’été ses orientations 2019*: rigueur et missions régaliennes de l’État en sont les maitres mots. Ces orientations portent sur l’ensemble des questions sanitaires rencontrées en santé végétale et animale – dont le bien-être animal, ainsi que sur l’ensemble des secteurs d’activité jusqu’à la distribution – le maillon abattoir figurant en bonne place.

Les États généraux de l’alimentation avaient abordé le « bien-être animal » en termes « d’expérimentations » (abattoirs mobiles, caméras), de renforcement des sanctions en cas de maltraitance animale, ou encore de protection juridique des lanceurs d’alerte.

Pour la DGAL, le point le plus important reste la rigueur que doivent avoir ses services sur l’affectation de la note de satisfaction à l’inspection (A, B, C ou D, laquelle doit correspondre au niveau de demande (lettre / avertissement, mise en demeure etc…), ainsi que sur le suivi des suites administratives des non-conformités relevées, en particulier sur le secteur des abattoirs. « Enfin, j’attire tout particulièrement votre attention sur les abattoirs où le taux de suites adaptées aux inspections non conformes reste inférieur à celui des autres établissements ». En effet, si les services de la DGAL ont bien atteint leurs objectifs de bonne affectation des suites aux non-conformités en 2017 en abattoir comme pour les autres secteurs, le niveau de satisfaction aux objectifs demeure inférieur de 5% en abattoir en comparaison des autres types d’établissements contrôlés.

Par ailleurs, tout secteur confondu, la DGAL n’a pas atteint ses objectifs de suivi des non conformités pour l’activité « protection animale ». Les services de la DGAL ont donc la pression sur leurs missions auprès des abattoirs, tout comme sur les inspections en protection animale.

Culture Viande approuve ces objectifs d’équité et de rigueur dans l’optique de garantir le haut niveau de sécurité sanitaire visé par la DGAL qu’il soutient pleinement. A la marge, il ressort des discussions avec les directeurs de sites que certaines demandes ou sanctions attribuées apparaissent peu proportionnées ou posent des questions en termes d’adaptation : une enquête est lancée sur le sujet par Culture Viande, afin de les recenser et de les analyser pour porter à discussion celles qui le mériteraient. Ceci, toujours dans une culture de compréhension et de progrès propre aux adhérents de Culture Viande.

*Cf note de service DGAL références DGAL/SPRAT/2018-547 et DGAL/SPRAT/2018-530

 

Extrait de La L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°30-35 du 31/08/2018.

Contact : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34

 

 

Besoin d'information ? Contactez-nous !

N'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr