Singapour vient de réviser ses exigences pour les importations de viande de boeuf, en allégeant les restrictions liées à l’âge des animaux et à la présence d’os pour les pays bénéficiant d’un statut de pays « à risque maîtrisé » vis-à-vis de l’ESB.

La France est donc désormais autorisée à y exporter des viandes désossées sans condition d’âge – les viandes avec os, doivent être issues d’animaux âgés de moins de 30 mois. Bien que ces conditions restent plus contraignantes que les normes de l’OIE, elles constituent cependant une avancée pour les opportunités d’exportation françaises, en élargissant l’offre qualitative française, jusqu’alors limitée à des viandes désossées issues d’animaux de moins de 30 mois.
Pour mémoire, la France est autorisée à exporter de la viande bovine française à Singapour depuis 2011, limitée aux viandes désossées et issue d’animaux de moins de 30 mois. L’obtention du statut à risque négligeable d’ESB en mai 2015 avait permis de négocier l’autorisation des viandes avec os sans limite d’âge et l’octroi du pré-listing pour l’agrément des établissements. A la suite de la perte du statut de pays « à risque négligeable » en 2016, les autorités sanitaires singapouriennes (l’AVA) avaient restreint à nouveau les importations aux seules viandes désossées issues d’animaux de moins de 30 mois (cependant, sans remettre en cause le pré listing). La France négocie depuis avec l’AVA pour alléger cette restriction. Ce sujet a été abordé à plusieurs reprises lors de rencontres bilatérales et notamment à Paris fin mai 2017, en marge de la Session générale de l’OIE.
L’allègement de cette restriction permet d’espérer un développement des flux français qui restent très limités vers Singapour : 108 000 € en 2016, pour un total importé par Singapour de 192 millions € (majoritairement d’Australie (64 M€), Brésil (62 M€), USA (18 M€), NZ 18 M€), Japon (10 M€) et Argentine (7 M€)). L’Espagne est le premier exportateur européen avec 1,4 millions d’euros en 2016.

Pour que cet allègement soit effectif, il reste néanmoins à réviser le certificat sanitaire (sur la base des exigences fournies par l’AVA). Les négociations sont en cours avec la DGAL.

Pour plus d’infos : contactez Culture Viande.

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre hebdomadaire de Culture Viande n°23 du 9/6/2017

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34

Besoin d'information ? Contactez-nous !

N'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous pour nous contacter.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr