Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 9 mai 2016COMMISSION D’ENQUÊTE PARLEMENTAIRE : CULTURE VIANDE RÉPOND POUR LES ABATTOIRS

Accueil » Actualités » COMMISSION D’ENQUÊTE PARLEMENTAIRE : CULTURE VIANDE RÉPOND POUR LES ABATTOIRS

Ce jeudi 4 mai, Culture Viande était invité à répondre aux questions de la Commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français. Avant de répondre aux nombreuses questions formulées par les députés, Culture Viande a souhaité en préalable condamner avec la plus grande fermeté tout acte de maltraitance sur des animaux. Les trois vidéos publiées dernièrement montrent des actes qui ne peuvent être tolérés et qui choquent les salariés des abattoirs français :

« Ces derniers ne se reconnaissent absolument pas dans les images publiées et compte tenu des efforts qu’ils mettent en oeuvre en faveur du bienêtre animal, ils ne peuvent accepter que l’on entende que les pratiques ainsi mis à jour seraient généralisées à l’ensemble des abattoirs ».

Au cours des échanges, Culture Viande a attiré l’attention des membres de la Commission sur l’enjeu principal en matière de bien-être animal : celui du respect des bonnes pratiques par le management et la formation. La protection des animaux en abattoir est couverte par le règlement 1099/2009 entré en vigueur le 1er janvier 2013.

Ce règlement a introduit deux formations :

 – le certificat de compétence opérateur : la totalité des salariés travaillant au contact des animaux vivants – soit entre 10 et 35 personnes en fonction de la taille des entreprises – depuis l’accueil en bouverie jusqu’au poste d’abattage, reçoivent une formation au bien-être animal. Aujourd’hui, ce sont plus de 6000 certificats de compétence par espèce qui ont été délivrés en France (source DGAL) ;

– le certificat de Responsable de la Protection Animale (RPA) : ce dernier est en quelque sorte le « responsable qualité » du bien-être animal. Il élabore et met en place les modes opératoires normalisés. Il supervise les contrôles internes de l’efficacité des mesures de protection animale (par exemple que les opérateurs procèdent bien à la surveillance de l’inconscience de l’animal). Il peut exiger l’arrêt ou le ralentissement de la chaine en cas de problème. Un site compte en moyenne 2 ou 3 RPA et la présence de l’un d’entre eux est obligatoire dès lors que des animaux vivants sont présents dans l’établissement. L’administration indique qu’aujourd’hui plus de 1000 RPA ont obtenu ce certificat. Culture Viande développe un réseau de RPA afin d’échanger et de diffuser les bonnes pratiques.

Au-delà des salariés de l’entreprise, de très nombreux vétérinaires et préposés vétérinaires contrôlent en permanence l’activité des abattoirs : de l’arrivée des animaux (inspection ante mortem), au respect de l’ensemble des normes sanitaires, en passant par le poste d’abattage sur lequel Culture Viande a demandé que la surveillance soit systématique :

« dans nos établissements on compte souvent entre 10 et 15 préposés vétérinaires des services de l’État (parfois jusqu’à 25) ; la question de l’ajustement de la répartition des fonctionnaires de l’état dans des établissements où ils pourraient être en nombre insuffisant doit être posée ».

Concernant spécifiquement la vidéo surveillance, Culture Viande a indiqué que si l’outil peut être utile pour certains établissements ne disposant pas suffisamment de moyens humains, il s’agit en aucun cas d’une solution idéale et généralisable. D’abord puisqu’elle pose des questions de droit du travail ; ensuite parce qu’elle n’empêcherait pas de tels actes de maltraitance. La présence d’encadrants et la sensibilisation sont beaucoup plus efficaces. La formation du personnel, de l’encadrement, la monté en puissance des RPA sont au contraire, pour Culture Viande, des solutions qui peuvent vraiment être efficaces.

Paris, le 9 mai 2016, extrait de L’ACTU n° 19 – Renseignements : François Cassignol, fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 06 83 90 67 05.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !