Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 16 juillet 2015Grèce : toujours aucun dispositif de couverture crédit pour les exportations

Accueil » Actualités » Grèce : toujours aucun dispositif de couverture crédit pour les exportations

Depuis le début juillet, les exportations françaises de viandes bovines et porcines vers la Grèce sont pratiquement stoppées. Depuis cette date, les importateurs grecs ne peuvent plus effectuer de virements bancaires à l’étranger, le pays n’est donc plus en mesure de régler ses importations.

Le SNIV-SNCP s’est associé à la démarche des interprofessions INTERBEV et INAPORC pour demander au Ministère des finances la mise en place d’un dispositif public temporaire de couverture crédit destiné à sécuriser les exportations françaises de viandes à destination de la Grèce. Cette offre de couverture crédit autorisée par la Commission européenne aurait pu être confiée à la Coface. A ce jour, en dépit des pressions et relances, aucun dispositif public n’a été mis en place.

Pour les filières bovine et porcine, cette situation amplifie gravement les effets de la crise qu’elles traversent déjà. Pour l’industrie des viandes, c’est une nouvelle et dure pénalisation dans un contexte de marché export très réduit :

la Grèce représente le 2ème marché export pour la filière bovine française avec 50 000 T par an soit 23% de nos exportations totales. En plus du volume représenté, cet arrêt de nos exportations va déséquilibrer le marché du jeune bovin. La vente aux clients grecs de quartiers avant de JB permettait de faire un équilibre avec les expéditions vers l’Italie de quartiers arrière à des prix compétitifs et donc de rester concurrentiels par rapport à d’autres fournisseurs du marché italien comme la Pologne ;

– pour le porc, la Grèce constitue notre 5ème marché avec un volume annuel expédié de plus de 30 000 T par an. Mais surtout, la Grèce est avec l’Italie un acheteur important de carcasses de porcs 20 000 T sur les 30 000 exportées. Pour le porc aussi l’équilibre des exportations est mis à mal.

Pour le SNIV-SNCP, il est impératif que les pouvoirs publics prennent la mesure de l’enjeu pour les filières bovines et porcines et mettent en place d’urgence un dispositif d’assurance-crédit pour permettre la reprise immédiate des exportations françaises. Ce dispositif doit figurer en première place dans les actions gouvernementales pour faire face aux crises des filières animales.

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre hebdomadaire du SNIV-SNCP n° 28-29, diffusée le 16/07/2015

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !