Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 5 mai 2015Bruxelles peu pressée d’étendre l’obligation de l’étiquetage sur l’origine

Accueil » Actualités » Bruxelles peu pressée d’étendre l’obligation de l’étiquetage sur l’origine

La Commission européenne a annoncé le 20 avril, lors de la réunion des ministres de l’agriculture à Luxembourg, qu’elle publierait :

« dans les prochaines semaines ses deux rapports sur la possibilité de rendre obligatoire l’étiquetage du pays d’origine des produits laitiers et des produits non transformés, comprenant un seul ingrédient, comme par exemple les viandes de cheval et de lapin, ou des ingrédients constituant plus de 50% d’une denrée alimentaire. La Commission aurait dû présenter au plus tard en décembre dernier ces deux rapports ».

Mais, a expliqué le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, « les services bruxellois ont mis plus de temps que prévu pour intégrer dans ces rapports les conclusions d’un certain nombre d’études externes. Un premier projet du rapport de la direction générale de la santé concernant les produits non transformés comprenant un seul ingrédient ou des ingrédients en constituant plus de 50% conclut que si l’UE allait au-delà des règles volontaires actuelles en matière d’étiquetage cela entraînerait des coûts de production plus élevés, une hausse des prix des denrées alimentaires et l’augmentation des ventes locales du fait d’un « nationalisme alimentaire ».

Viandes-de-france-acteurs-la-viandeA ce stade, pour Bruxelles, mieux vaudrait envisager d’étiqueter une origine «UE» ou «non-UE».

Les ministres devraient se pencher sur les conclusions de ces rapports à l’occasion du Conseil agricole du 16 juin. Concernant les viandes ingrédients entrant dans la fabrication de plats préparés par les industries de l’agroalimentaire, le SNIV-SNCP appelle à l’obligation de l’étiquetage de l’origine.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !