Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 31 mars 2017LE COLLECTIF « CONTRE LE DUMPING SOCIAL EN EUROPE » MOBILISE LES POLITIQUES

Accueil » Actualités » LE COLLECTIF « CONTRE LE DUMPING SOCIAL EN EUROPE » MOBILISE LES POLITIQUES

Le débat sur les distorsions de concurrence induites par l’emploi massif et continu de travailleurs détachés dans certains abattoirs allemands ou espagnols n’avait jusqu’ici pas émergé dans la campagne présidentielle. Il s’agit pourtant d’une problématique de fond concernant la compétitivité des entreprises d’abattage-découpe et plus globalement de toutes les entreprises employant beaucoup de main d’œuvre […]

 

LE COLLECTIF « CONTRE LE DUMPING SOCIAL EN EUROPE »

MOBILISE LES POLITIQUES

Le débat sur les distorsions de concurrence induites par l’emploi massif et continu de travailleurs détachés dans certains abattoirs allemands ou espagnols n’avait jusqu’ici pas émergé dans la campagne présidentielle. Il s’agit pourtant d’une problématique de fond concernant la compétitivité des entreprises d’abattage-découpe et plus globalement de toutes les entreprises employant beaucoup de main d’œuvre. Le Collectif Contre le dumping social en Europe présidé par Culture Viande a participé à une conférence débat organisée par l’Union des Entreprises 35, ce 23 mars à Rennes. Cela a permis de présenter les conséquences pour la filière porcine du détournement de la directive travailleurs détachés tant aux services de la Commission Européenne avec Jackie Morin, Chef d’unité « Libre circulation des travailleurs » à la Commission européenne, qu’à des responsables politiques européens, comme Jean Arthuis, Député européen.

Le Collectif a ainsi mis en exergue le fait que, même si les textes européens prévoient que le travail détaché doit être temporaire, les taux d’emplois de travailleurs détachés dans les abattoirs allemands (dans certains abattoirs plus de 2/3 des salariés sont des travailleurs détachés) traduisent clairement qu’il s’agit d’emplois permanents, dont l’organisation est intégrée à l’organisation de l’entreprise. Par ailleurs, les conditions de travail des salariés détachés sont significativement différentes de celles des employés des entreprises allemandes. La rémunération, en particulier,  est nettement inférieure, de 3 à 7 euros par heure pour un travailleur détaché, et entre 9 et 15 euros en moyenne pour un employé d’une entreprise allemande.

Face à de telles distorsions les entreprises françaises des viandes ne peuvent être compétitives, ce qui a des conséquences dramatiques pour toute la filière. Pour le Collectif Contre le dumping social en Europe, si l’application réelle des règles est un préalable, il faudra aussi se pencher rapidement sur la question des cotisations sociales. Sur ce point, seule une véritable convergence européenne apportera à terme des solutions. A plus court terme il faut aboutir au principe d’un salaire égal pour un travail égal au même endroit, en commençant par inclure une protection sociale payée dans le pays du lieu de travail dès lors où la résidence du travailleur détaché peut y être confirmée.

Il semble que le Collectif ait réussi à faire entendre sa voix, en effet lors du grand oral des candidats à la présidentielle devant le Congrès de la Fnsea ce 30 mars à Brest, le dumping social issu de la pratique du travail détachés a été plusieurs fois évoqué. Certains candidats ont clairement et fortement annoncé leur volonté d’aller vers une convergence sociale européenne. Il faudra avant cela aboutir sur une réforme ambitieuse de la directive actuellement en application.

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°13 du 31 mars 2017

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34 – 06 83 90 67 05

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !