Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 7 décembre 2016LE DIALOGUE, POUR PALLIER LA FIN DE LA CONFIANCE

Accueil » Actualités » LE DIALOGUE, POUR PALLIER LA FIN DE LA CONFIANCE

L’Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires (OCHA) organisait ce 22 novembre, un colloque sur le thème « Tais-toi et mange » avec pour ambition, si ce n’est de « restaurer la confiance face aux inquiétudes des mouvements anti », au moins de décrypter les mécanismes qui altèrent cette confiance […)

 

COLLOQUE OCHA :

LE DIALOGUE, POUR PALLIER LA FIN DE LA CONFIANCE

L’Observatoire CNIEL des Habitudes Alimentaires (OCHA) organisait ce 22 novembre, un colloque sur le thème « Tais-toi et mange » avec pour ambition, si ce n’est de « restaurer la confiance face aux inquiétudes des mouvements anti », au moins de décrypter les mécanismes qui altèrent cette confiance.

Jean-Pierre Poulain (socio-anthropologue, professeur à l’Université de Toulouse, auteur de nombreux ouvrages dont « Sociologie de l’alimentation » Ed. PUF  – cf illustration jointe) présentait ses travaux sur les inquiétudes alimentaires, mettant en lumière les signaux faibles annonciateurs de crises. Premier constat : « la principale révolution paradigmatique c’est d’accepter que le risque existera toujours et que nous ne pourrons retrouver la confiance ». Face à ce constat, il recommande d’assumer la controverse, seule façon de la banaliser [Son intervention : ici]

Nicolleta Diaso, Anthropologue, professeure à l’université de Strasbourg analyse que le conflit est socialisateur. Il permet de rapprocher les anti dans des communautés d’intérêt. Pour dialoguer avec elles, une seule alternative : avoir recours à un tiers qui fera office de médiateur.

Dans un regard croisé sur l’alimentation et la vaccination, Jocelyn Raude, professeur au département des Sciences Humaines et Sociales à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) à Rennes, a mis en lumière les impacts du processus d’autonomisation individuelle qui frappe la société contemporaine. Traduit dans le domaine de la santé, ce processus d’autonomisation peut avoir des effets catastrophiques lorsque par exemple, les français décident de ne plus se faire vacciner. Le phénomène est loin d’être mineur puisqu’il est la principale cause mesurée de l’arrêt de l’allongement de l’espérance de vie en France. Il en est de même en alimentation, où, par effet d’ignorance plus que par effet de mode, nos congénères omnivores mutent en végan et sont frappés – sans l’admettre – de carences en Fer et Vitamines B12 dont les impacts sur la santé, le développement du cerveau et l’équilibre cognitif ont été démontrés.

Pour Culture Viande, la filière doit donc assumer de dire que la consommation de viande est nécessaire du point de vue de la santé.

Pour Céline Laisney Prospectiviste à Vigie Alimentation : « Maintenant, il faut montrer. On ne peut plus faire marche arrière ». Elle invite à ouvrir les portes et organiser la pédagogie, citant Danish Crown qui, proposant des visites de ses abattoirs, a reçu 40 000 visiteurs en quelques mois.

Bertrand Hervieu Sociologue, ex vice-président du CGAER analyse que « l’exception française tient aussi au fait que la France est un pays où s’exprime plus qu’ailleurs une volonté critique ; cette expression de méfiance est une expression culturelle de longue tradition qui ne se change pas par décret». Il ajoute : « Il faudra montrer ce qui ne peut pas l’être, dire ce que nous ne savons pas et écouter ce que nous ne voulons pas entendre ».

Le dialogue, la panacée de demain dans une société portée avant tout sur la critique ? Une optique que Culture Viande fait sienne en (ré) expliquant les métiers et les produits. Il reste néanmoins à positionner les outils interprofessionnels pour le développement de l’information auprès du plus grand nombre et en organisant le débat sociétal.

 

Extrait de L’ACTU, la Lettre d’information hebdomadaire de Culture Viande n° 48 du 2/12/2016

Contact : François Cassignol – fcassignol@cultureviande.fr – Tél.: 01 53 02 40 34 – 06 83 90 67 05

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !