Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 27 juillet 2015Plan de soutien à l’élevage français

Accueil » Actualités » Plan de soutien à l’élevage français

Les filières bovine et porcine sont confrontées à des situations conjoncturelles défavorables, une offre communautaire abondante et une demande en repli, tant pour la consommation intérieure qu’à l’exportation. La mobilisation des abatteurs et d’une partie de la filière a permis d’enclencher un mouvement nécessaire de hausse des cours en production, mais seules des mesures structurelles fortes permettront de conforter et d’améliorer durablement le revenu des éleveurs, l’objectif devant tout entier cibler la compétitivité de nos filières viandes et animales.

 

Secteur Bovin

Le plan de soutien à l’élevage français présenté par le Ministre de l’Agriculture la semaine dernière contient 24 mesures :

  • Des mesures d’urgence à destination des éleveurs en difficulté, avec un fonds d’allégement des charges doté d’un budget de 50 M d’euros ; une aide à la trésorerie et le report ou prise en charge des cotisations des éleveurs les plus fragilisés.
  • Des mesures structurelles pour reconquérir le marché national et les expéditions sur le marché communautaire et international.

Ainsi, un soutien à hauteur de 10 M€ sera consacré aux actions de promotions sur le territoire national comme à l’exportation.

  • Sur l’exportation comme nous le demandions, une mesure vise à réactiver un dispositif de garantie public avec la COFACE pour maintenir nos flux d’exportation de viandes bovines vers la Grèce dans l’attente de la normalisation du système bancaire de ce pays.
  • Une proposition de mise en place d’une plateforme «Viande France Export » a été soumise aux entreprises pour mieux répondre aux demandes des pays tiers.
  • Enfin, les pouvoirs publics souhaitent renforcer les contrôles de la DGCCRF sur l’étiquetage d’origine des produits et améliorer les relations commerciales et contractuelles dans les filières animales.

 

Secteur Porcin

Le Marché du Porc Breton a atteint le prix de 1.409€/kg le 23 juillet dernier, soit une rémunération des éleveurs de plus de 1.56€/kg compte tenu des plus-values versées.

Les mesures de soutien annoncées concernent aussi le secteur porcin. Le SNIV-SNCP estime toutefois ce dispositif insuffisant et plaide pour des mesures structurelles pour permettre de fluidifier le marché du vif et éviter une rechute des cours dès l’automne prochain. Les mesures que nous réclamons demeurent les suivantes :

  • un soutien à la compétitivité des abattoirs par un allègement exceptionnel des charges salariales. Nous ne pouvons lutter face à des abattoirs allemands et espagnols qui emploient du personnel à un coût inférieur de 40 à 50% à la France ;
  • un engagement gouvernemental pour que l’origine de la viande soit clairement indiquée et identifiée sur les produits transformés de charcuterie et des plats préparés ;
  • une campagne de communication à l’attention des consommateurs pour relancer la consommation de viandes et produits de charcuterie « viande de porc français » ;
  • un engagement à étendre au niveau de l’ensemble des autres pays européens nos contraintes environnementales, sanitaires et administratives;
  • un engagement de reprise des négociations pour une exportation, aujourd’hui possible, de gras et d’abats de porc vers la Fédération de Russie.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !