Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 12 avril 2016PRIX & MARGES : publication du 5ème rapport de l’Observatoire

Accueil » Actualités » PRIX & MARGES : publication du 5ème rapport de l’Observatoire

Le président de l’Observatoire de la Formation des Prix et des Marges, Philippe Chalmin, présentait ce 11 avril 2016 son 5ème rapport. L’avant-propos, qui n’engage que son président contrairement au rapport voté à l’unanimité, apporte des éléments économico-politiques plus « libres » qui prennent tout leur sens dans le contexte de crise que traversent les filières d’élevage […].

Paris, le 12 avril 2016

PRIX ET DES MARGES : PUBLICATION DU 5ème RAPPORT DE L’OBSERVATOIRE

 

Le président de l’Observatoire de la Formation des Prix et des Marges, Philippe Chalmin (photo ci-contre) présentait ce 11 avril 2016 son 5ème rapport. L’avant-propos, qui n’engage que son président contrairement au rapport voté à l’unanimité, apporte des éléments économico-politiques plus « libres » qui prennent tout leur sens dans le contexte de crise que traversent les filières d’élevage. Pour le président de l’observatoire, suite à la quasi-disparition des outils de gestion de marché, les prix des produits agricoles sont en prise directe avec le marché. Ils sont donc le reflet de l’équilibre offre-demande à un instant, ce qui n’est pas forcément compatible avec la notion de « prix juste ». Le président de l’observatoire prend aussi le risque de quelques diagnostics ou avis concernant la crise de l’élevage : la crise du porc serait plutôt conjoncturelle, tandis que l’activité d’élevage de bovins allaitants est qualifiée de « structurellement déficitaire », la crise du marché du porc breton a montré toutes les limites de cette cotation (le cadran), l’État (européen ou national) a encore un rôle de surveillance et d’encadrement, mais il ne peut plus « faire » les prix (….) et il n’est guère raisonnable de le lui demander. Des éléments qu’ils convient de méditer….

Concernant le maillon abattage-découpe, le rapport souligne que les entreprises des filières carnées ont transmis la baisse du coût de leurs approvisionnements en matière première, comme le montre la stabilité, voire la diminution, des indicateurs de marge brute. Ainsi le rapport pointe que la marge nette de l’abattage-découpe de bovins, qui avait progressé en 2014, a diminué de 33,3% en 2015. Elle s’établit en moyenne à moins de 1,5% du chiffre d’affaires. Le diagnostic est pire dans la filière porcine, puisque l’activité d’abattage-découpe de porc, qui était revenue en moyenne à un strict équilibre en 2014 (marge nette nulle) voit son résultat repasser en négatif en 2015 (-1%).

 

Crédit photo : Ministère de l’Agriculture.

Mise en ligne : François Cassignol. 

 

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !