Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 9 septembre 2016TENDANCE CONSO: « LA PRATICITE N’EMERGE PLUS, CAR ELLE EST DEJA ASSIMILEE COMME UN DU ! »

Accueil » Actualités » TENDANCE CONSO: « LA PRATICITE N’EMERGE PLUS, CAR ELLE EST DEJA ASSIMILEE COMME UN DU ! »

…Tel est le constat dressé à l’issue des questions-réponses, ce 6 septembre, lors de la conférence de presse du SIAL (Salon International de l’Alimentation, du 16 au 20 octobre 2016 à Paris). L’occasion de présenter les portraits des consommateurs en France et dans le monde (Etude « Food 360 » réalisée dans neuf pays par TNS Sofres et le cabinet XTC world innovation*)[…]

 

TENDANCE CONSO:

« LA PRATICITE N’EMERGE PLUS, CAR ELLE EST DEJA ASSIMILEE COMME UN DU ! »

 

… Tel est le constat dressé à l’issue des questions-réponses, ce 6 septembre, lors de la conférence de presse du SIAL (Salon International de l’Alimentation, du 16 au 20 octobre 2016 à Paris). L’occasion de présenter les portraits des consommateurs en France et dans le monde (Etude « Food 360 » réalisée dans neuf pays par TNS Sofres et le cabinet XTC world innovation*).

 

Xavier Terlet, XTC world innovation, Président du jury du concours SIAL INNOVATIONS

Xavier Terlet, XTC world innovation, Président du jury du concours SIAL INNOVATIONS

(*) Xavier Terlet, XTC world innovation, Président du jury du concours SIAL INNOVATIONS

 

Quatre axes à retenir :

les basiques incontournables : l’alimentation reste avant tout un plaisir. La qualité gustative arrive souvent en tête des critères d’achat, particulièrement en Europe (pour 77% des consommateurs en France et Grande-Bretagne, 76% en Espagne, 75% en Allemagne), mais pas seulement : 83% des Russes « apprécient de s’offrir des produits alimentaires comme des « petits luxes ». Une nouvelle vague design émerge pour certains produits inspirés des codes de la mode ou des cosmétiques ; objectif : stariser les produits du quotidien. Une vaste majorité des consommateurs a faim de découvrir de nouveaux produits alimentaires (64% des Français)… parfois pour ne plus y revenir : ¾ des consommateurs qui ont goûté des insectes déclarent « ne pas vouloir en consommer à nouveau » ;
le manger mieux : 2/3 des consommateurs sont à la recherche de simplicité. Les ingrédients suspects : c’est fini (70% en France, Asie et Moyen-Orient). 63% des consommateurs font de plus en plus attention à l’origine des produits alimentaires. Persuadés que l’alimentation peut engendrer des risques pour la santé notamment en Chine (93%), en Asie du Sud-Est (85%) et en France (79%), plus de six personnes sur dix sont attentives à la composition des produits sur le packaging. Le local est favorisé par deux tiers de consommateurs Français, Allemands, Espagnols Russes et Asiatiques (50% seulement des Britanniques et Américains). Dans cette tendance au naturalisme alimentaire, les produits non transformés ou présentant des garanties de produits naturels ont le vent en poupe ; la naturalité (produits sains, authentiques, à l’état brut, locaux/ le Made In, naturellement bénéfiques, sans ajouts) se hisse comme un des principaux leviers pour garantir le plaisir de consommer sainement ;
le durable : zéro gâchis, moins d’emballage, préservation des ressources et du bien-être animal entrent massivement dans les codes qui, pour les millénials (les jeunes consommateurs nés après 2000) sont déjà devenus des acquis incontournables. Les consommateurs sur toute la planète jugent important de réduire le gaspillage (85%), d’acheter des produits alimentaires plus respectueux de l’environnement (81%, 86% en France, 90% en Chine et Asie du Sud-Est), et plus respectueux du bien-être animal (77% dans le monde, 81 à 87% en Europe selon les pays) ;
l’assiette connectée : … ou plutôt les

flashcodes et QR codes sur emballage. Les consommateurs veulent plus de transparence (origine des ingrédients, process de fabrication, méthodes de production, teneurs en pesticides, recours aux antibiotiques, nombre de calories, teneur en graisses, informations nutritionnelles, voire culturelles). Les entreprises et les marques peuvent ainsi mieux informer et mieux se raconter elles-mêmes. Les consommateurs interagissent avec leurs marques dans les domaines du tourisme/voyages (54%), de l’automobile (45%). Dans l’univers de l’alimentaire et des boissons, c’est encore peu (26%), mais ça augmente vite ; leur première requête : trouver des recettes (pour 8 consommateurs sur 10), et échanger sur les marques (avis, forums, …). Quant à l’usage de sites marchands dans l’alimentaire, il est bien plus répandu en Chine (86%) et en Asie du Sud-Est (76%), …qu’en France (44%).

 

 

Extrait de L’ACTU, la lettre hebdomadaire de Culture Viande n°36 – 9/9/16

 

 

 

 

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !