Le syndicat des entreprises françaises des viandes

le 24 septembre 2015Transformateurs : les solutions pour sortir de la crise

Accueil » Actualités » Transformateurs : les solutions pour sortir de la crise

A la veille du Space, la filière du porc était au cœur des attentions lors d’un débat organisé par Association française des journalistes agricoles à Rennes le 14 septembre dernier. Les intervenants, représentant aussi bien la production, la transformation, l’interprofession et les institutions agricoles, ont présenté leurs solutions pour sortir de la crise que traverse actuellement la filière.

Si un point a rassemblé tous les intervenants, c’est bien les conséquences de l’embargo russe sur le prix du porc. Guillaume Roué, président d’Inaporc, a expliqué qu’une modification de 2 à 3 % des volumes échangés à l’exportation engendre une diminution des prix de 20 à 25 %. Pour André Sergent, président de la Chambre d’agriculture du Finistère : « Dans le terrain de jeu qu’est l’Europe, nous n’avons pas les mêmes armes pour jouer. La filière porcine est la première à s’en rendre compte. Mais dans d’autres productions, bientôt, on va aussi se rendre compte que le poste charge est très lourd ».

Pour Paul Rouche, directeur délégué du SNIV-SNCP, « la vraie crise du porc est devant nous ». Revenant sur le prix politique du porc, il a estimé que « dans les quelques jours qui viennent, les cours du porc ne tiendront pas du fait des cours européens et notamment allemand et espagnol ». Il a ainsi expliqué que la situation actuelle est due à « une offre plus abondante que la demande sur un marché du porc complètement libéralisé à l’échelle européenne et mondiale ». S’il impute cette offre trop importante à l’embargo russe, il rappelle également les « hausses de productions dans les autres pays européens qui ont pris de l’avance sur la France », en ajoutant que suite aux décisions de Bruxelles, « en France, la seule mesure qui peut aider la filière, éleveurs, salaisonniers et distributeurs compris, c’est un retour du consommateur vers l’origine France, sinon cela sera trop compliqué ». La réduction des charges et les économies d’échelle à actionner, comme la taille des exploitations pour gagner en compétitivité sont aujourd’hui de vraies questions, alors que les autres maillons de la filière ont su se rassembler et continuent à le faire. Il dit s’interroger sur la taille d’un élevage optimum pour gagner en compétitivité.

17 place des Vins de France
75 012 Paris

01 53 02 40 04

01 43 47 31 41

courrier@cultureviande.fr

Besoin d'information ? Contactez-nous !